Des mains et des mots : projet des élèves de CAP ATMFC avec le Théâtre du Hublot

(actualisé le )

Le 28 juin dernier, les classes de 2ème année CAP ATMFC ont eu le plaisir d’assister au lycée à la représentation théâtrale de "La maman bohème" par Véronique Widock, du théâtre Le Hublot de Colombes.
Ce spectacle étonnant dans un cadre privilégié clôturait une belle année de projets culturels avec l’équipe du théâtre. En décembre 2018, les élèves avaient bénéficié d’un premier spectacle "C’est (presque) toujours la même histoire" et avaient rencontré Sarah Helly de la Cie du Grain de sel.

« 51 phrases pour se rencontrer »

Avec Sarah Helly, et à partir des thématiques de la pièce (discours de femmes, engagement, résistance...), les élèves ont pris part à un projet créatif voulu aussi comme un espace de paroles et de partages. Amenées à compiler leurs expériences, les lycéennes ont ensuite rencontré les résidents de l’EHPAD Marcelle Devaud qui leur ont confié des souvenirs et des expériences. De ces échanges intergénérationnels bienveillants et généreux, est issu un livret illustré compilant, sans les distinguer, les 51 phrases qui reflètent les rencontres.


Vos mains... Portrait de « groupe

Un deuxième livret est issu de réflexions menées autour du travail et plus particulièrement des mains qui permettent aux jeunes de développer les savoirs faire inhérents à leur formation professionnelle. Comme s’il s’agissait de leurs propres paroles, les portraits des mains des élèves sont associées aux textes recueillis.

Ces deux livrets ont été remis aux élèves, bien sûr, mais aussi à l’équipe pédagogique. Des exemplaires sont disponibles pour tous au CDI et vous en trouverez une version numérique en bas de cette page.

Ce partenariat réussi avec l’équipe du Hublot se poursuivra l’année prochaine, et de nouveaux élèves auront ainsi le bonheur d’en bénéficier.

.
.
.
.
.

"J’ai rencontré les jeunes femmes de la classe ATMFC 1 du lycée Anatole France de Colombes autour du spectacle C’est (presque) toujours la même histoire ; il met en scène des discours de femmes politiques du XXème siècle du monde entier, engagées autour de différents sujets : la résistance à toutes sortes de tyrannies, l’écologie, le droit des noirs américains, l’organisation de la démocratie etc.
Très vite, avec l’équipe du Hublot et du lycée, nous avons pensé que cet espace qui leur était offert pouvait être avant tout l’espace d’une parole que par ailleurs elles prennent peu, que ce soit pour se dire elles-mêmes ou pour permettre à leur pensée de se construire et de se partager. Nous en avons fait le coeur de ce travail.
Nous avons d’abord réfléchi à l’engagement : Qu’est-ce que s’engager ? Quelles sont les conditions qui permettent l’engagement ? Qu’est-ce qui nous permet de nous maintenir dans un engagement ? Nous avons partagé ces questions, puis j’ai décidé d’appuyer la suite de nos rencontres sur les expériences de travail de ces élèves. Parler de leur travail leur a permis, je crois, d’affirmer une identité sociale, celle de jeunes femmes en formation qui ont déjà acquis des savoirs faire, qui appartiennent à des collectifs. Cela a aussi été l’occasion de partager des éléments de subjectivité sans se mettre en danger.
Du travail nous sommes passées aux mains, dans un exercice imaginé par Jean Louis Heckel à La Nef-Manufacture d’utopies de Pantin, et qu’il a nommé « Appel à tes mains ». Nous l’avons un peu transformé pour les besoins de la cause, et voici ce que les mains des jeunes femmes de la classe d’AFTMC 1 ont à nous dire.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Sarah Helly"